Degré en humour : On attribue souvent dans l'humour, un certain niveau de degrés. On attribue communément le terme de second degrés à l'ironie. Le premier degré se définit comme prendre la note humoristique dans son sens premier, soit tel quel. Le second degrés vient donc chercher un second niveau de compréhension implicite au premier niveau exposé. Ainsi, une blague au second degrés  peut totalement venir finalement critiquer ce qui pourrai être pris au premier degrés( comme dans l'humour noir , l'ironie, l'autodérision, etc...).

    • « Congelez vos enfants roux , on trouvera une solution un jour » pris en son premier degrés peut-être une blague raciste envers les roux

    • En second degrés , on peut comprendre que cette blague viennent en faite dénoncer des propos racistes généraux en choisissant les « roux » de maniéré incongru.

La question des degrés est une sorte de pacte entre l'orateur et le messager, la tonalité , le contexte de ce qui es dit, détermine le degrés de l'humour énoncé. Les blagues dites « pas drôles » rentrent dans ce cas ci: elles sont humoristiques car elles ne le sont pas. C'est à dire qu'au premier degré, elles ne le sont pas et, dans un deuxième niveau,  elles le deviennent.

    Il existe une infinité de degrés à l'humour. Mais la distribution de la population sur l'échelle des degrés de l'humour suit une loi exponentielle négative. Au plus on avance dans le nombre de degrés au moins le nombre de personne qui vous comprenne se réduit. L'orateur, pour être en accord avec son publique, devrait  expliquer les différents degrés de l'humour utilisés pour ne pas paraît totalement incohérent.

Suivons cette exemple au troisième degrés, faite au début d'un repas :

  • « Gang de Homard »_degrés 3 par homophonie de :

  • « Bande de Batard »_ degrés 2 par blague vaseuse de :

  • « Bande d'Abruti » _degrés 1 par calembour de :

  • « Bonne Appetit » _ degrés 0 sans humour.


http://encyclopedie.desinformations.com/question.php?_q_id=2090

(à ne pas prendre au premier degrés )